mercredi 28 janvier 2009

Mise au point ?

Quelqu'un a fait un commentaire sur mon billet intitulé "Le bureau national", le voici:
au moins maintenant, sur n'importe quel thème, quand on interroge 3 socialistes, il n'y a pas 5 positions... et pour la militante de base que je suis, ça fait quand même un peu de bien de sentir son parti de retour dans le combat (et entendu!)contre la politique du gouvernement...!!!!

Il peut y avoir des avis, des opinions opposées sur un thème donné au PS.
Nous ne sommes pas le parti communiste stalinien de Maurice Thorez ou Jacques Duclos et on voit bien ce que la frilosité, la peur du débat réel, en somme le repli sur soi, ont eu comme conséquence pour le parti communiste français: il n'existe plus.
Je sais aussi qu'il y a un temps pour la discussion et le débat, et que le temps de l'action doit être celui de l'union mais il faut pour cela que le débat ait réellement lieu.
Nous avons pris l'habitude au parti socialiste de fuir le débat (Européennes, abandon des références marxistes, échec de L.Jospin en 2002, échec de S.Royal en 2007, alliances, etc), de refuser de l'organiser pleinement; il s'organise donc ailleurs et nous apparaissons alternativement comme des poules mouillées ou des poulets sans tête.

Si le parti communiste a disparu c'est que son rôle historique est aujourd'hui assumé pleinement par d'autres, plus en phase avec nos sociétés.

Mon combat c'est aussi de faire que le parti socialiste ne suive pas la voie du PCF en se coupant de ce qui fait aujourd'hui le coeur battant de la révolte et des luttes en France: les associations militantes (DAL, ATTAC, AC Le Feu, etc.) mais aussi de ce qui démontre que les Françaises et les Français que nous sommes s'engagent sous de multiples formes qui expriment d'abord solidarité et compassion (Restos du coeur, Téléthon, etc.) et dont nous devrions nous, socialistes, traduire la générosité et l'élan en vision politique et propositions de changement.

Nous sommes aujourd'hui sur une pente dangereuse: celle d'un parti d'élus et d'apparatchiks, soutenus par des cercles concentriques de militants qui souhaitent eux aussi voir leur engagement reconnu en obtenant tel ou tel poste, d'élu ou de permanent.
C'est donc le jeu des alliances internes, purement tactiques et de circonstances qui l'emporte sur tout le reste.

C'est une des leçons terrifiantes du dernier congrès: Martine Aubry, Bertrand Delanoé et Ségolène Royal devraient composer la majorité à 80% du PS, ensemble, avec une plateforme commune, mais les considérants tactiques et les haines rassies et ressassées l'ont emporté et Martine s'associe à Hamon et Emmanuelli sous le regard accablé de Delanoé, dépassé par les évènements.

Cela n'a été possible que parce que le parti socialiste, mon parti, est aujourd'hui D'ABORD un parti d'apparatchiks et d'élus cramponnés à leur fauteuil; par conséquent un lieu de "deals" permanents, de combines et de complots minables.
Je reconnais à Ségolène Royal une capacité, parfois exprimée bizarrement et de manière souvent abrupte, à renouveler nos manières d'être, de discuter, de faire de la politique.
Je ne comprends pas pour quelles raisons (ou je comprends trop bien) nous avons décidé de l'ostraciser; il ne s'agit pas aujourd'hui de la désigner comme notre candidate à la prochaine présidentielle, il s'agit de renouveler nos méthodes, d'ouvrir en grand ce parti; nous pourrions nous inspirer utilement et sans masque de ce qu'elle a initié dans son association Désirs d'avenir.

Cette phrase que vous venez de lire devait être la dernière de ce billet mais en me relisant je sais que si je la laisse sonner comme une conclusion vous penserez que je suis membre de Désirs d'avenir et pro-Ségolène et que ceci l'emportera sur toute autre considération.
Je suis socialiste, je doute souvent de me trouver au bon endroit pour lutter efficacement et proposer une véritable alternative concrète à la politique du désordre mais le monde réel vient me rappeler chaque jour l'utilité et la nécessité de mon engagement dans mon parti.

9 commentaires:

  1. A l'aube de l'embrasement,
    c'est plus le même deal,
    le PS s'éclate,
    dans l'apparatchik qui se nique,
    et qui éclate,
    l'autre apparathik du coin.

    Bien d'accord avec toi, il faut qu'ils se calment tous ces mégalos!

    RépondreSupprimer
  2. Au hasard des liens qui tissent le net, je découvre par hasard ce blog.
    Cette volonté de liberté de ton, ce désir d'un parti plus ouvert et moins archaique nous a nous aussi poussé à ouvrir un blog à plusieurs mains.

    L'un de nos premiers articles aborde, par un angle différent, cette nécessité du PS d'évoluer, d'aller vers un parti ouvert. http://www.larosequipique.fr/?p=29

    Je vous rejoins au moment d'affirmer que ce n'est pas être pro-Ségolène que de vouloir un parti qui s'ouvre plutôt que de se scléroser. La tentation de fermer le jeu ("un parti qui s'épure est un parti qui se renforce") creuse la tombe du ps. Quel avenir et quelle place pour des militants qui ne se préoccupent pas des fonctions électives?

    Je vous invite à aller jeter un coup d'oeil à notre blog, une autre expression de cette volonté de rénover les pratiques et les idées du PS www.larosequipique.fr

    RépondreSupprimer
  3. Je découvre ce blog, vraiment tres bien. Bon évidemment, j'ai signé la motion E. Mais alors ces combines minables qui font le PS d'aujourd'hui et le coulent, meme parmi les esprits soi-disant rénovateurs...
    continuez ! courage. Il faut dire les choses

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. "Martine Aubry, Bertrand Delanoé et Ségolène Royal devraient composer la majorité à 80% du PS, ensemble, avec une plateforme commune, mais les considérants tactiques et les haines rassies et ressassées l'ont emporté et Martine s'associe à Hamon et Emmanuelli sous le regard accablé de Delanoé, dépassé par les évènements."

    très juste...notre majorité réformiste nous est passé sous le nez

    RépondreSupprimer
  6. Peu m'importe qui tu es, je sosucris entièrement à ce que tu écris. Nous n'en pouvons plus de voir cette ostracisation d'une partie des militants, en particulier ceux qui ont voté pour la motion E. A quand ce retour aux sources: l'union et la fraternité dans une vraie camaraderie !
    L'alliance Martine Ségolène et les autres serait l'espoir d'une gauche rénovée, populaire et conquérante.
    Jean

    RépondreSupprimer
  7. pas d'articles depuis 3 semaines, notre intrépide s'est fait embastiller ou quoi?

    a part ça, je ne crois pas à la générosité comme principe de conquête politique. il faut au conraire etre méchant, très méchant contre sarkozy, si possible vicieux meme

    RépondreSupprimer
  8. Cher monsieur,
    je préfère cela à "cher camarade" car je ne suis vraiment pas sûr que vous soyez socialiste...
    Votre blog pue la haine et la rancœur... Vous seriez attacher à détruire le parti socialiste que vous ne tiendriez pas d'autre propos.

    Je crains hélas que vous ne soyez qu'un fake de plus et que certains militants sincères s'égare dans vos raisonnements douteux et vos attaques nauséabondes...
    La tentation de destruction n'est pas créatrice...

    RépondreSupprimer
  9. Citoyenne de Gauche Danièle Dugelay, veuve de feu le Parti Socialiste2 mars 2009 à 00:58

    Bonjour. J'ai été militante socialiste pendant 20 ans et je l'ai quitté au molment de Maastricht. J'ai tenté d'y revenir au printemps 2008 et suis partie écoeurée après le congrès. Qu'avez-vous fait de "mon" parti, de la "vieille maison" qui est restée dans mon coeur ? Quoi ? Vous acceptez qu'une ex-candidate aux présidentielles déclare un matin de grève des enseignants sur France Inter qu'elle est favorable à la garde des enfants pour ne pas laisser les familles dans l'embarras ? Une briseuse de grève a pu représenter le PS et cela ne vous gêne pas ? La même affirme après l'élection que de toutes façons elle savait qu'elle ne pourrait pas tenir ses promesses ? C'est être socialiste que mépriser ainsi les citoyens ? Et toutes ces références bibliques quand la laïcité est tellement menacée ! A ce propos, trouvez-vous normal que des sénateurs "socialistes" votent une loi qui porte dans son titre l'expression "en vue de l'équité des écoles publiques et des écoles privées" (ancien article 89 initié par votre camarade Charasse). Je citerai aussi sur ce sujet un animateur fédéral qui m'a répliqué :"Notre laïcité n'existe nulle part aillleurs en U.E., il faudra bien y renoncer !). Nous sommes nombreux à nous souvenir douloureusement de la trahison des élus du PS qui ont accepté le Traité de Lisbonne qui confirmait la suprématie d'une concurrence libre et même débridée alors que vos électeurs l'avaient refusé auparavant.
    Vous défendez la classe à laquelle vous appartenez maintenant, celle des petits et gros bourgeois. La plupart de vos militants de base n'ont aucune formation, donc aucune conscience politique. Vous n'êtes plus qu'un parti d'élus prêts à tout pour garder votre petit pouvoir, entourés par une petite troupe de colleurs et distributeurs de tracts que vous méprisez si j'en crois le fait que mes interventions ont été gommées d'un rapport de groupe de travail. J'ai beaucoup de rancoeur car vous avez détruit l'idée généreuse de socialisme et que vous abandonnez les plus malheureux de vos concitoyens sur le bord du trottoir. De plus, vous avez dévié la démocratie et faussé l'exercice de la citoyenneté. Vous n'êtes qu'un parti d'intégration à la mondialisation hégémonique de l'argent. Mais qu'êtes vous enfin ? Des taupes ou des zombis ? Je ne peux pas penser que des êtres humains puissent porter l'hypocrisie aussi loin...

    RépondreSupprimer